samedi 6 octobre 2012

Tour Book Therion jour 1

Départ aux aurores, ce vendredi 28 septembre, début de notre aventure métallique trans-européenne. Le camping car est plein comme un oeuf ; trois occupants à bord. On récupère le retardataire (la foule (ouuuuuhhh) au RER du coin et hop, direction le Nord ! Les plus fatigués, après cette courte nuit, roupillent dans les couchettes-lits et les chauffeurs chauffent... Cinq heures plus tard, foi de GPS, nous sommes à l'Effenaar de EINDHOVEN, sorte de cube-mini Zénith en plein centre ville, accueillant 1300 personnes (debout). Le tourbus de Therion est déjà sur place ; il est midi, c'est le petit matin, les therionistes émergent peu à peu, arrivés très tôt le matin de leur Suède natale. 

Peu après, les quatre espagnols (+ leur manager) d'Antalgia arrivent également. On fait aussitôt connaissance, un peu timidement au début, et, très rapidement, le courant passe. On est visiblement parti pour beaucoup partager pendant ces 24 jours et ce sera déjà les déplacements car nous voyageons désormais ensemble. Ce sont des gars bien (dont une fille...) qui jouent un joli métal progressif souvent assez technique et sans doute moins « abordable », en live, que du Elyose, pour des publics qui n'ont pas eu la chance d'entendre le CD auparavant.

Au cours de cette journée, on croisera un à un, tous les membres de Therion, tous plus super sympas et d'un abord facile, les uns que les autres. Lori (Lewis) nous confie qu'elle appréhende de chanter en français devant nous ; Christian Vidal est déjà en pleine conversation de guitaristes avec Antoine ; Stefan (claviériste) nous raconte comment il s'est retrouvé à jouer dans Therion venant du jazz et nous caricature la musique du groupe avec beaucoup d'humour. La cohabitation s'annonce donc des plus agréables. Le grand manitou de la troupe, Christofer Johnsson arrivera, lui, en costard de boulot (….), traînant sa valise à roulette, en milieu d'après-midi.  

Bon premier concert, plutôt dans la détente, son correct, public (600 personnes) agréablement réceptif... On a même pris quelques métalleux du premier rang à chanter nos morceaux. Ces fans hollandais se présenteront à nous à la fin du concert, tout sourire. Un bon début en résumé ; et quel frisson d'avoir même été félicités par les membres de Therion ! On était fin prêt ; à présent, on se rode, on se chauffe, place au fine tuning...

Après s'être livrés au jeu des photos et dédicaces, on reprend la route vers minuit avec nos nouveaux amis espagnols, crevés, tant émotionellement que physiquement, pour s'arrêter sur la première aire d'autoroute croisée, pour une nuit qu'on espère réparatrice sur le parking poids lourds plein à craquer... 


A suivre...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire